網路城邦
上一篇 回創作列表 下一篇   字體:
Selected poem:《巴黎的憂鬱》之〈時鐘〉
2021/10/15 04:54:50瀏覽322|回應0|推薦6
Selected poem:《巴黎的憂鬱》之〈時鐘〉

https://www.sanmin.com.tw/Product/index/007559544
書名:巴黎的憂鬱
作者:波德萊爾
譯者:劉楠祺
出版社:人民文學
出版日期:2019/10


〈時鐘〉

中國人用貓眼觀察時辰。
一天,一位傳教士在南京城郊散步時發現忘了帶懷錶,便問一個小男孩當時幾點了。
那個天朝的小淘氣先是遲疑了一下,隨即又變了主意,回答說:我這就告訴您。不大一會兒工夫他就回來了,懷裡抱著一隻肥貓,像別人說的那樣,他看了看貓的眼白,毫不猶豫地說:還沒到中午呐。他說的一點兒沒錯。
至於我,如果我俯下身去看我那美麗的菲麗娜——這名字取得多好,因為她既是女性的光榮,又是我心中的驕傲和精神上的芬芳——在她令人讚歎的目光深處,無論白天還是黑夜,無論陽光燦爛還是暗影朦朧,我總能清晰地看到時辰,那總是同一個時辰,一種如空間般遼遠、莊嚴、偉大的時辰,沒有分秒之別——那是一種靜止的時辰,時鐘上並不顯示,卻又輕喟如歎,迅若驚鴻一瞥。
倘若我的目光正停留於那精妙的錶盤之上,有哪個討厭鬼來煩我,或有哪個無禮或較真兒的精靈、哪個不識趣的魔鬼來問我:你那麼認真,看什麼呢?你在這生靈的眼睛裡發現什麼了?你看到時辰了麼,你這浪蕩懶惰的凡人?我會脫口而出:沒錯,我看到了時辰;那時辰便是永恆!
夫人,這不正是一首真正值得讚賞、並像您本人一樣出彩的情詩麼?真的,我如此執著地編湊這首造作的情詩,並不指望您有任何回報。


〔題解與注釋〕

一、《時鐘》(LHorloge) 首次發表於1857824日《現時》(Le Présent),再發表於1861111日《幻想家評論》,又發表於1862924日《新聞報》。

二、波德萊爾創作這篇散文詩的靈感,來自古伯察神父1854年出版的那部著名的作品《中華帝國紀行》(LEmpire chinoise) 第二卷第八章第329-330……

三、美麗的菲麗娜:《惡之花》第二版有一份清樣,上面有一行神秘的獻辭:獻給我最親愛的菲麗娜。夏爾波德萊爾。人們發現,在波德萊爾的隨筆中也提到過一位身份不明的菲麗娜。本篇散文詩在《新聞報》上發表時,烏塞耶曾想用妮茜雅這名字取代菲麗娜,但遭到了波德萊爾的拒絕。
另外,這篇散文詩在《現時》和《幻想家評論》上發表時,寫的是可愛的貓而非美麗的菲麗娜。在《新聞報》發表時才第一次以美麗的菲麗娜代替了可愛的貓

《現時》文本:

至於我,如果我懷中抱著我那可愛的貓,抱著我那親愛的貓,那是因為它既是其種群的光榮,又是我心中的驕傲。

《幻想家評論》文本:
至於我,如果我懷中抱著我那不同尋常的貓,那是因為它既是其種群的光榮,又是我心中的驕傲。


XVI  L’HORLOGE


Les Chinois voient lheure dans lœil des chats.

Un jour un missionnaire, se promenant dans la banlieue de Nankin, saperçut quil avait oublié sa montre, et demanda à un petit garçon quelle heure il était.


Le gamin du céleste Empire hésita dabord ; puis, se ravisant, il répondit : « Je vais vous le dire ». Peu dinstants après, il reparut, tenant dans ses bras un fort gros chat, et le regardant, comme on dit, dans le blanc des yeux, il affirma sans hésiter : « Il nest pas encore tout à fait midi. » Ce qui était vrai.

Pour moi, si je me penche vers la belle Féline, la si bien nommée, qui est à la fois lhonneur de son sexe, lorgueil de mon cœur et le parfum de mon esprit, que ce soit la nuit, que ce soit le jour, dans la pleine lumière ou dans lombre opaque, au fond de ses yeux adorables je vois toujours lheure distinctement, toujours la même, une heure vaste, solennelle, grande comme lespace, sans divisions de minutes ni de secondes, — une heure immobile qui nest pas marquée sur les horloges, et cependant légère comme un soupir, rapide comme un coup dœil.

Et si quelque importun venait me déranger pendant que mon regard repose sur ce délicieux cadran, si quelque Génie malhonnête et intolérant, quelque Démon du contre-temps venait me dire : « Que regardes-tu là avec tant de soin ? Que cherches-tu dans les yeux de cet être ? Y vois-tu lheure, mortel prodigue et fainéant ? » je répondrais sans hésiter : « Oui, je vois lheure ; il est lÉternité ! »

Nest-ce pas, madame, que voici un madrigal vraiment méritoire, et aussi emphatique que vous-même ? En vérité, jai eu tant de plaisir à broder cette prétentieuse galanterie, que je ne vous demanderai rien en échange.


( 知識學習隨堂筆記 )
回應 推薦文章 列印 加入我的文摘
上一篇 回創作列表 下一篇

引用
引用網址:http://classic-blog.udn.com/article/trackback.jsp?uid=le14nov&aid=169367334